BARNICH d'ARLON


.

English Version

La branche d'Arlon peut être considérée comme la "mère des Branches BARNICH"; en effet, c'est à proximité de cette ville que se situe le village de BARNICH, maintenant jumellé à celui d'AUTELBAS (Nieder-Elter, en patois)

On peut aisément croire que les branches de Stockem, Tontelange, Eyschen et Attert en sont issues. Cette branche a essaimé partout dans la Belgique actuelle, mais aussi au Grand-Duché, en France, et au Tonkin. Pour ce pays, j'ai été en correspondance avec Jean BARNICH (jusqu'à son décès) de Fontaines sur Saône, près de Lyon. Son grand-père, un entrepreneur originaire de Arsdorf, est parti à Hanoï peu avant 1900, et s'est fait naturaliser français là.bas. Entre temps, il a eu un enfant d'une tonkinoise: c'est Auguste, le père de Jean, décédé à l'hôpital colonial de Haïphong en 1921. Il était ingénieur maritime. Paul, le grand-père, a lui été assassiné par les coolies de son convoi sur la route de Hagiang en 1910.

Cette branche a, comme les autres, payé son tribut à l'émigration américaine. Des descendants de ces émigrés se sont retrouvés à Belgium City/Wisconsin, près de Port-Washington! Un descendant fut l'objet d'un meurtre en 1991, pour un vol de chaussettes! Un autre descendant de cette branche arlonaise, John BARNICH, a même été "mayeur" de cette bourgade! Il est décédé il y a moins de 10 ans! (voir son Avis de décès) paru dans un journal local. Sa fille, Charlotte M. BARNICH (épouse de Glenn ARENDT, dont la famille provient de Grendel, près de Attert), habite actuellement à Neenah/WI. Elle et son mari sont venus visiter la région.
Coïncidence ? J'ai été contacté (Fin Mai 97) par un monsieur FONTAINE résidant en Floride! La première question qu'il m'a posée concernait justement ces Barnich arrivés vers 1850 au Wisconsin ! Il est le descendant d'un Fontaine de Tontelange (et avant, de La Mouline-Libramont), émigré lui aussi avec la "vague" de 1850: il n'a pas mieux trouvé, pour se marier, qu'une Marie BARNICH parlant le même patois que lui!

D'autres Barnich d'Arlon, à l'époque napoléonienne, ont migré vers Metz. Certains enfants, pour ne pas être appelés au service dans l'Armée Allemande après la cession de l'Alsace-Lorraine, sont partis " vers la France, pour s'engager à Nancy ". On a perdu la trace du premier après son départ vers Nancy. Il se pourrait cependant que ce soit un de ses descendants qui soit venu décéder peu avant 1970 à Los Angeles. Il y a en effet une famille "originaire d'Alsace-Lorraine", qui est venue de France au Mexique, puis au Texas. Harry Pruett se souvient d'être allé à l'école "avec une fille Barnich", vers 1965, à El Paso/TX.
Le second, après avoir fait du service dans les Troupes Coloniales en Indochine, est revenu s'installer au Maroc, puis en Algérie. Son fils a participé à la Campagne d'Italie, et est retourné achever sa vie dans la Police Territoriale. Il y est mort en service commandé. A l'indépendance de l'Algérie, les enfants sont rentrés en France. L'un d'eux est à Marseille, et vient d'avoir un petit-fils à Marignane!

Quoique ne portant pas le nom de Barnich, d'autres (par exemple les descendants d'une Anne Barnich, épouse de Jean-Baptiste THINES) d'autres descendants de cette branche continuent régulièrement à se manifester, qui de France, qui des USA...

Mais ceux qui sont restés en Belgique ne sont pas restés inactifs, loin s'en faut!
Certain, tel Charles, après avoir réussi à Arlon, est parti vers la capitale, pour y ouvrir un restaurant réputé: la "Rôtisserie Ardennaise", Avenue Louise. A son décès, deux des fils, notaires, ont revendu l'établissement au beau-père de... Romy Schneider!
L'etat de notaire semble plaire à ces Barnich: il y en a encore actuellement au moins 3, dont deux installés à Ath; l'autre est notaire honoraire à Eupen. Une des filles, Catherine, avocate, collabore à une rubrique de Conseils Juridiques dans un magazine féminin.
Enfin, il y a peu, on entendait encore mentionner le nom de Yerry BARNICH sur l'antenne RTBF du Luxembourg.

Plus curieusement, au départ de St Léger, on trouve un rejet de cette branche qui émigrera vers la Lorraine lors de l'industrialisation de cette région. Petit à petit, les membres de cette famille s'installeront en France, pour soudainement resurgir en Belgique, à Bruxelles plus précisément, à l'issue de la Première Guerre mondiale! La graphie du nom s'est affublée là d'un E final, et les descendants affirment qu'ils n'ont rien à voir avec aucun des autres Barnich! L'enchaînement des actes de naissance ne laisse pourtant aucun doute quant à leurs origines!
Partant également de St-Léger, un Barnich est parti, avec sa descendance, s'installer à Senningen (Niederanven), près de Luxembourg. Là, ils sont devenus graveurs. Les filles se sont mariées dans la profession: l'une, ayant épousé un Saimpain imprimeur, est arrivée à Beauraing; l'autre est partie aux Etats-Unis, dans la région de San Francisco/CA. Avec Mme REMY de Dinant (descendante des Saimpain), nous cherchons vainement à entrer en contact avec ses descendants ; une correspondance régulière, durant depuis des années, s'est brusquement arrêtée vers 1960; coïncidence? C'est justement l'année du grand tremblement de terre de San Francisco...

Une autre branche des BARNICH est partie au BANAT aux environs de 1770. Lorsque j'étais en train de rechercher et d'interroger des BARNICH américains, je suis un jour "tombé" en IOWA sur des porteurs de notre nom, et qui disaient venir de Hongrie! Qui pourra nous dire qui et comment ils arrivèrent là?

Le blason aux "deux croissants d'argent sur champ de gueules" montré dans l'en-tête de cette page est celui de Jean 'Evrard BARNICH, le fabriquant de papier installé à Freylange-Stockem vers 1733. Ce blason était intégré au filigrane du papier sortant du moulin... (Voir à ce propos l'article de Georges ZIMMER, sur "la Papeterie d'Heinischbruch")

Page en Developpement

Work in Progress

Si vous voulez en savoir plus, contactez moi à l'adresse EMAIL suivante:
Hubert Barnich : envoyez vos remarques mon Email

De plus, si vous êtes concerné par ce nom de famille, tout apport de nouvelles informations sera le bienvenu: je suis d'accord pour partager le résultat de mes recherches avec tout qui serait prêt à collaborer! Je recherche entre autres tous les descendanst de l'une ou l'autre branche, quel que soit le nom porté!

Bien entendu, ma base de données comporte encore un grand nombre d'autres patronymes!
Vous pouvez découvrir ceux qui y sont contenus plus d'une fois à la page: Mes Patronymes


VISITEZ LE SITE WALLONIA
Voir les autres listes de Patronymes/See other Surnames lists
Retour à la page INDEX
Back to the Wallonia Home Page



BARNICH from ARLON


.

Version FRANCAISE

.

The Arlon's branch is looked as being the mother of all the Barnich Branches from Belgium, as the village of BARNICH ( where all the bearers of this surname are seemingly coming from (... or we suppose it is!), is Today, together with his sister hamlet AUTELBAS (Nieder-Elter, in Platte Deutsch, the local dialect), a part of the greater Arlon.

The Stockem'branch, for sure, comes also from Arlon. It's now a proven fact.
Those from Tontelange, Attert and Eyschen are also coming from Arlon....
One can find descendants of this main branch everywhere in Belgium, but also in the Grand-Duchy of Luxembourg, in France, and in Tonkin. About this country, I am still exchanging letters with Jean BARNICH from Fontaines sur Saône, in the suburbs of Lyon(France). Paul BARNICH, Jean's grand-father, a contractor from Arsdord/GDL, (GDL stands for "the Grand-Duchy of Luxembourg"), left for Hanoï around 1891, and took the French Nationality (by naturalization) there. He had time to have a son with a local girl: he was named Auguste, Jean's father. Auguste died in 1921, "hôpital colonial de Haïphong". He was a boat maker ("ingénieur maritime") by trade. Paul, the grand-father, was murdered by the coolies of his convoy on the Colonial Route leading to Hagiang, in 1910.

Like the other branches of the Barnich family, this Arlon's branch paid her tribute to the immigration to America.
These immigrants went first to Belgium City/Wisconsin, in the vicinity of Port-Washington! One of the descendants was murdered in 1991 in a nursing home, for a pair of socks! Another descendant of this Arlon's Branch , John BARNICH, was once the "Mayor of Moore Road" of this little city! He died in 1991(See obituary) His daughter, Charlotte M. BARNICH (the spouse of Glenn ARENDT, whose family finds her origins in Grendel, nearby Attert, in Belgium), is now living in Neenah/WI.
Coincidence ? I have just been contacted (End of May 97) by one Mr. FONTAINE, a resident of Florida! And the first question he asked me was about these BARNICH, preciselly those arriving in Wisconsin around 1850! He is a descendant of one Fontaine from Tontelange (and before, from La Mouline-Libramont) who also came with the "wave" of 1850: and he found no better girl to marry than Marie BARNICH, who spoke the same dialect as himself

During the Napoleonic era, other Arlon's Barnich left the country to live in Metz. Two of their male children (or grand-children...) fled this city after the Prusso-French war of 1870, after Alsace-Lorraine were ceded to Germany, in order not to be drafted in the German Army... they then joined the French Colonial Army in Nancy!
One lost the trace of one of them (and his subsequent descendancy...) after he left for Nancy. But it's quite possible the Louis John BARNICH (SSN 559-10-2190) who died in Los Angeles Veteran Administration Hopital on Sept 17th 1965, was one of his descendants... Who knows? Who could help in finding the whereabouts of Louis's parents? (According to Louis's death record, they were John BARNICH and Jennie ELLENJATTA, both born in France). We know a Barnich' family from Alsace-Lorraine came from France to Mexico, then in Texas. Harry Pruett remembers attending school around 1965 in El Paso/TX "with a Barnich girl".
The second son, after spending some years with the French Colonial Troops in Indochina, came to settle in Morocco, then in Algeria. His son participated in the Italian Campaign during WW II, and went back in Africa to join the Territorial Police. He died in Commanded Duty. At Algeria's Independance, the children repatriated to France. (One of them is now living in Marseille, and has just been a grand-father in Marignane!)

But those who stayed in Belgium went not idle! They were far from inactive!
One of them, Charles, after a good job done in Arlon, went to the Capital city, Brussel, to manage a restaurant of reputation: the so-called "Rôtisserie Ardennaise", Avenue Louise. After he died, two of his sons who were notaires, sold the business to the step-father of... Romy Schneider!
The trade of notaire seems to look a pleasant business to three of those Barnich: two of them are located in Ath; the other one is a honorary notaire (notaire honoraire) in Eupen.
Catherine, a laywer, is a collaborator and a councellor to a well known Magazine for women .
Finally, not a long time ago, one could hear the name of Yerry (Georges) BARNICH on the RTBF' Luxembourg "antenna"(RTBF is the Belgian National Radio Network).

A curiosity: there are also the Barnich, who, first from Stockem, then from Saint Leger, left Belgium to migrate to the North of Lorraine when this region began her industrial growth.
This family will settle in the region of Longwy (Cosnes et Romain and Gorcy-Cussigny), to emerge, just after WW I, again in Belgium and Brussel. As the Barnich surname was then spelled with a final E (BarnichE), the Today's descendants are pretending, high and clear, that they have no ties with the other Barnich!
But, as the linking of all the birth and death records do prove it, they are no doubt from the Arlon's Branch!

Also leaving Belgium from Saint Leger, another BARNICH went, with his descendancy, to Senningen (Niederanven), not far from Luxembourg. There, they became engravers. The girls were married "in the paternal business": the youngest , Marie, spouse of Louis SAIMPAIN, a printer, lived in Beauraing/Belgium; the eldest went to America, in the San Francisco/CA area.
Now, with Mrs. REMY from Dinant (a Saimpain'descendant), we are looking forward (but to no avail, so far!) to get in touch with her descendants. A letters'exchange proceeded quite regularly since many years; but, abruptly, everything stopped around 1960. Another coincidence? They had a major earthquake that year in California...

Another branch of the BARNICH went to the BANAT around 1770. When researching the US'Barnich, I got in touch in IOWA with a family (with our surname!) saying that they came "from Hungary". Who knows the way they took to get there?

The coat-of-arms with the two silver crescents on a red field was Jean Evrard Barnich'shield, a paper miller. This logo was incorporated as a filigrane in the paper sheets made in the Freylange/Stockem' mill. Evrard's sons settled in Saint Leger...

Page en Developpement

Work in Progress

If you wish to know more about this branch, please, drop me a message at my Email:
Hubert Barnich : envoyez vos remarques mon Email

If you have a special interrest in searching this surname, every bit of new information will be most welcome!
I am ready to share my researches'results with anybody having already done the same researches!

Off course, my database is full of many other surnames!
You may find the list of these surnames (which appear more than once...) at my : Surnames Page!


Besoin d'aide? Demandez une recherche
Visitez le SITE WALLONIA
Voir les autres listes de Patronymes/See other Surnames lists
Retour à la page INDEX
Banque de Données de Belgique francophone/Wallone : CD-ROM GeniWdep
Acquérir le CD-ROM GeniWdep
Back to the Wallonia Home Page Click Here!


Nos liens vers :

 

 


Merci de votre visite! Thank you for paying us a visit!


Fureteurs

  • France - GENEAGUIDE : sites francophones de généalogie
  • USA - - Ce site, ou tout le Web?


  • 14 Fév 1997 -- Révisé le 10-Sep-2010
    Remarques : envoyez vos remarques mon Email

    (3Aug99) et (8Aug99)